vendredi 7 juillet 2017

Nouvelles règles pour l'adoption en Chine

La Chine vient de publier des nouvelles règles pour l'adoption en Chine. Les dernières avaient été publiées en mai 2007.

Essentiellement ces règles modifie légèrement ces dernières.

Voici ce qui change par rapport aux dernières:

-Le plus jeune enfant à la maison doit avoir 3 ans avant qu'une famille puisse être LID (avant c'était 6 ans)
-Les célibataires peuvent maintenant avoir jusqu'à 50 ans (avant c'était 45) -Les couples mariés peuvent avoir jusqu'à 5 enfants à la maison (cette règle pénalise surtout les Américains dont plusieurs ont des familles nombreuses).
-Les familles doivent attendre 1 an après l'arrivée de l'enfant pour enregistrer un nouveau dossier en Chine. Pour nous ça ne change pas mais plusieurs agences américaines permettaient de déposer un nouveau dossier dès l'arriver d'un enfant au pays
-Seulement 1 enfant peut être adopté à la fois, à l'exception des fratries (les Américains adoptaient régulièrement 2 enfants, voir parfois 3 ou 4 en même temps)

A qui s'applique cette règle?

-Aux familles qui ont un LID mais ne sont pas encore jumelées - les familles qui ont passé la révision sont correctes, sinon la nouvelle règle s'applique
-Ne s'applique pas aux familles avec un PA
-Les familles voulant ré-utiliser leur dossier ne pourront plus le faire, un nouveau dossier est nécessaire.

Nouvelles règles en version anglaise:

Review Points for Decision on the Eligibility of Foreigners Adopting from China
June 30, 2017

Relevant government departments and adoption agencies in receiving states, In order to further promote the scientific and standardized level of inter- country adoption, and implement our working principle "everything for the children", we have refined and improved the review points for deciding the eligibility of foreigners adopting from China, in accordance with the Convention on Protection of Children and Co-operation in Respect of Intercountry Adoption, and Measures for Registration of Adoption of Children by Foreigners in the People's Republic of China, as well as the practice of paper review of CCCWA.

I. Age 1.

The prospective adoptive parents (PAPs) should reach the age of 30, and the age difference between the PAP and the adoptee should be not more than 50 years.

2. When a couple adopts together, the age difference should be counted based on the age of the younger party.

II. Marital Status

1. The PAP(s) should be a couple of one male and one female, or a single female with no homosexual tendency.

2. In the adoption by a couple (couple adoption), the PAPs should have a stable marital status, either party should have not more than 2 divorces.

If one party has no divorce history or 1 divorce, their current marriage should last not less than 2 years. If one party has 2 divorces, their current marriage should last not less than 5 years.

3. In calculating the marriage lasting time for PAPs, the time living together before their marriage can be included. When calculating the number of divorces, widow and remarriage after divorce are not included.

III. Health Conditions

The PAPs should be physically and mentally fit, with the ability to raise and educate the adoptee, but without any of the following conditions:
(1) Intellectual disability;

(2) HIV positive, or infectious disease that is actively contagious;

(3) Schizophrenia;

(4) Mental disorder including mania, depression, bipolar affective disorder, anxiety and phobia, etc. PAP(s) with minor symptoms and are under good control by taking medicine, assessed by a psychological professional as having no effects on their normal work and life and fit to care and educate the adoptee, will be exempt from this limitation;

(5) Binocular blindness, binocular low vision or monocular blindness with no ocular prosthesis;

(6) Severe facial deformation;

(7) Binaural hearing loss or language function loss; PAPs who adopt children with identical conditions, or with one party of a couple healthy will be exempt from this limitation;

(8) Non-function or dysfunction of limbs or trunk caused by impairment, incomplete limb, paralysis or deformation;

(9) Diseases that require long-term treatment, and have bad prognosis which will affect PAPs' child care ability such as lupus, nephrosis, epilepsy, multiple sclerosis, etc.; In a couple adoption, if one party is completely healthy and the other suffers any of such diseases but is under good control after treatment, they will be exempt from this limitation if they can provide a doctor's note to attest that the illness has no effects on their normal work and life and fit for caring the adoptee;

(10) Skin cancer, thyroid cancer, breast cancer and testicular cancer that has been cured for less than 3 years; other kinds of cancer or malignant tumor that has been cured less than 5 years;

(11) Vital organ transplant within 10 years; In a couple adoption, if one party is healthy and the other party had organ transplant within 10 years but has recovered to live a normal life, they will be exempt from this limitation;

(12) BMI (BMI=weight (kg)/ height2 (m2) )≥40;

(13) Short stature or dwarfism; PAPs who adopt children with identical conditions will be exempt from this limitation.

IV Educational background

The PAPs should have received senior high school education or above, or vocational and technical skills education of the same level.

V. Family Financial Conditions

1. The PAPs (at least one party of a couple in a couple adoption) should have stable occupation and income. The per-capita annual income of a family including the prospective adoptee should reach 10,000 USD; When calculating the family per-capita annual income in an adoption by a single parent, the number of family members should be one more than the actual family member number after adoption

2. Couple adoption's family net worth should reach 80,000 USD, and single adoption's family net worth should reach 100,000 USD.

3. Welfare allowance such as relief fund, pension, disability benefits, adoption subsidy, foster care subsidy and disabled child subsidy, etc. are not included in the family annual income. 4. Proper relaxation can be granted to foreigners living in China on the aspects of family annual income and net worth.

VI Moral Characters

The PAPs should have no record of criminal penalties, have good moral characters, honorable behaviors and abide by laws and regulations, without any of the following circumstances:

(1) a history of domestic violence, sex abuse, abandonment/abuse of children (even if they were not arrested or convicted);

(2) a history of taking drugs including opium, morphine, marijuana, cocaine, heroin, smokable methamphetamine and etc;

(3) a history of alcohol abuse and have stopped drinking for less than 10 years. Adoption application will be given due consideration when the PAPs have had no more than 3 criminal records with minor violations and no severe outcomes, and the time for correction has reached 10 years; or have had no more than 5 records of traffic law violation with no severe outcomes.

VII Children in the House

1. The adoption of orphans, disable children, or abandoned infants and children whose parents cannot be ascertained or found, are not subject to the requirement that the adopter should be childless.

2. The PAPs should have enough time and energy to take care of the minors in the house including the prospective adoptee. In a couple adoption, the number of minors living in the house of the PAPs should be not more than 5; in a single adoption, the number of minors in the house of the PAPs should be not more than 2.

3. The youngest child in the house should reach 3 years old.

VIII Adoption Frequency and Numbers

1. Adopters should submit post placement reports as required after the adoption; There should be a 1 year interval between the second adoption application and the previous one (from the registration date of the previous adoption to the current adoption application date).

2. In principle, the PAPs should adopt 1 child from China at a time.

3. In a couple adoption, if adoptee is a twin or multiple births or have siblings, the adoption will be exempt from the limitation of item 2.

VIII Others

1. The PAPs should receive pre-adoption training to have a correct cognition and understanding of the possible risks of inter-country adoption, be fully prepared for the adoption and care of the adoptee. The PAPs should promise in the inter-country adoption application letter that they will not abandon or maltreat the child to be adopted, and will submit post placement reports as required.

2. As for PAPs residing in countries other than their birth country, if they intend to apply to adopt from China, they should reside in countries which have cooperative relationship with China in inter-country adoption, or in contracting states of the Hague Convention.

3. This document does not apply to stepchild adoptions. As for the adoption of a child belonging to a collateral relative by blood of the same generation and up to the third degree of kinship, relaxation will be granted properly.

4. Time or age is calculated based on the adoption application dossier's log-in-date at CCCWA.

5. This document shall enter into force as of the date of issuance. In the event of any inconsistency between this document and previous CCCWA regulations or notices, the review points of this document shall apply. China Center for Children’s Welfare and Adoption

mercredi 29 juin 2016

Recherche de parents biologiques - la suite

Dans mon dernier post j'ai parlé de la première étape  - Entrer en contact avec d'autres gens ayant adoptés dans le même orphelinat.

En haut j'ai une liste des groupes yahoo mais la liste est pas mal désuète.  Maintenant tout se passe sur facebook.  La plupart des provinces ont leur propre groupe facebook, certaines villes et certains orphelinats ont aussi le leur.  A ma connaissance il y a trois groupes concernant la recherche de parents biologiques en Chine, dont un pour ceux ayant retrouvé la famille biologique de leur enfant.

Une des première question à verifier avec les autres familles est le lieu où votre enfant a été trouvé.
En principe les enfants d'un orphelinat devraient en majorité avoir été trouvé dans des lieux différents, certains peuvent se  répéter mais ça ne doit pas être la norme.  Lorsque vous questionnez et qu'un grand nombre d'enfants ont été trouvé au même endroit ou disent avoir été trouvés en majorité dans des édifices gouvernementaux, à la porte de l'orphelinat, ou dans un hospital en particulier, c'est souvent un "drapeau rouge".  Si les "finders" sont majoritairement des personnes ayant des liens étroits avec l'orphelinat vous pouvez aussi commencer à vous poser des questions.

Je ne dis pas que toutes les histoires sont fausses, mais il faut toujours garder en mémoire que c'est une possibilité. Il peut y avoir de nombreuses raisons pour laquelle les informations dans le dossier ne soient pas exactes, volontaires ou involontaires.  Parfois les histoires d'abandon sont plus complexes qu'on le pense.

Pour la suite, j'aimerais vous donner des directives claires mais c'est vraiment du cas par cas, il n'y a pas une recherche qui sera identique et une methode qui peut fonctionner pour quelqu'un ne fonctionnera pas nécessairement pour une autre.  D'une province à une autre, d'un orphelinat à l'autre tout sera different et je ne connais pas l'origine de chacun de vos enfants et l'heure histoire.

lundi 27 juin 2016

Recherche de parents biologiques en Chine

Plusieurs personnes m'ont contacté dernièrement en me demandant par où commencer.

Plusieurs se demandent s'ils doivent commencer alors que l'enfant est jeune et ne le demande pas encore ou attendre que l'enfant soit plus vieux et le demande officiellement. Je vous dirais que sans commencer une recherche active et officielle, vous pouvez dès aujourd'hui essayer de ramasser un maximum d'information possible pour l'avenir.  Plus vous attendez, plus la recherche est difficile, les gens déménagent, oublient, les pistes disparaissent et cela rend plus complexe la recherche d'information.

Je vous dirais que la première chose à faire est de vous poser les questions suivantes:

- Jusqu'où êtes-vous prêts à aller pour les retrouver?
- Etes-vous prêts à apprendre que les faits qui se retrouvent dans le dossier de votre enfant est peut-être loin de la réalité?  Certaines provinces et orphelinats sont connus pour avoir falsifié les dossiers.
- Quel niveau de temps et d'énergie êtes-vous prêts à investir dans le recherche?
- Que recherchez vous exactement en faisant cette recherche?

Il y a deux options pour rechercher.

- La recherche par soi-même.
Cette option vous coûtera peu financièrement mais demandera un investissement de temps et d'énergie. 
- Engager un des chercheurs connus en Chine.
 Cette option peut être particulièrement dispendieuse sans garantie de résultat.

Que vous choisissiez une option ou l'autre il faut être prêt que la recherche peut prendre des mois et des années sans vrai résultat ou qu'au contraire tout peut aller très (trop) vite tout d'un coup.  On ne sait jamais ce qui nous attend.  Il faut être prêt à accepter que parfois l'histoire derrière l'abandon de notre enfant n'a rien à avoir avec ce qui est écrit dans le dossier et peut-être beaucoup plus complexe et déchirante que ce qui a été raconté.

Si vous souhaitez engager un chercheur je peux vous donner les coordonnées des chercheurs mais personnellement je ne commencerais pas par cette option.  Je pense que le mieux est d'essayer de trouver des pistes soi-même et si vous avez une excellente piste et avez besoin d'aide rendu là d'engager un chercheur.  Un chercheur sans piste vous coûtera surement très cher sans savoir si c'est possible de trouver quelque chose au départ.

Il existe aussi quelques groupes de discussion sur Facebook avec des familles qui cherchent ou qui ont retrouvé les familles biologiques de leurs enfants qui discutent et échangent sur le sujet.  Si cela vous intéresse, je peux vous donner les informations en privé sur mon compte Facebook.

Vous avez décidé de commencer la recherche par vous-même?  Vous vous demandez surement par où commencer.    La question est complexe parce qu'il n'y a pas de solution parfait et de mode d'emploi qui s'applique à toutes les recherches, une methode de recherche peut très bien fonctionner dans une situation et pas dans l'autre, il faut y aller par essai et erreur au début pour voir la methode à utiliser.  Il faut être prêt à essayer beaucoup de choses avant d'arriver à un résultat et developer notre methode de recherche.

Plusieurs chercheurs vont débuter par créer un "poster".  C'est un document sur lequel il est inscrit les informations connues sur l'enfant, date où l'enfant a été trouvé, lieu, âge estimé, condition (s) médicale (s), des photos de l'enfant etc. et le but de la recherche (en mandarin).  Les chercheurs mettent ce "poster" à l'endroit où l'enfant a été trouvé dans l'espoir que quelqu'un qui connait la famille reconnaisse l'enfant et entre en contact.  

L'utilisation du "poster" physique n'est pas toujours efficace.  Les informations qui ont été mises dans le dossier ne sont pas toujours exactes et peuvent avoir été falsifiées.  Il ne faut pas prendre pour acquis que parce que l'information a été écrite dans le dossier d'adoption de l'enfant qu'elles sont nécessairement exactes.  Donc, si l'enfant n'a pas été réellement été trouvé là ou si l'enfant a été laissé loin du domicile des parents,  il est possible que la solution ne soit pas la plus utile.

J'ai personnellement fait usage du  "poster" de manière électronique, envoyé sur les médias sociaux et je peux vous dire que dans certaines provinces cela donne d'excellents résultats.  Ce n'est pas le cas de toutes les provinces par contre.  En général l'utilisation des médias sociaux fonctionnent très bien mais si l'enfant vient d'une région éloignée, en milieu très rural, l'utilisation de la télévision demeure le meilleur moyen dans ce cas.

Personnellement je recherche sans engager de chercheur.  J'ai développé mon réseau en Chine.  J'ai maintenant plusieurs personnes en Chine qui m'aident dans mes recherches et je suis en contact avec plusieurs journalistes au niveau local et régional.  J'ai grandement utilisé  les réseaux sociaux (weibo, youku), j'ai utlisé les journaux et la télévision locale et régionale.   J'ai recherché dans plus d'une province,s dans un cas, la recherche est plus difficile parce que mon enfant vient d'une région très isolée, rurale et plus difficile d'accès.

Je vous dirais que la première étape serait d'entrer en contact avec des gens qui ont adopté un enfant venant du même orphelinat que votre enfant.  Essayez de voir si d'autres parents cherchent, de voir ce qui fonctionne bien pour eux.  Aussi, il est utile de voir s'il y a un "pattern" dans l'abandon des enfants.  Si tous les enfants ont pratiquement été retrouvé dans un petit nombre d'endroits ou si le nom des mêmes "finders" revient souvent, c'est souvent un signe que les dossiers ont été falsifié, dans ce cas il faut chercher plus large, on ne peut se fier à ce qu'il y a dans le dossier  car la recherche peut impliquer plusieurs lieux de recherche et parfois plusieurs provinces (si l'enfant a été déplacé, c'est plus fréquent qu'on le pense).

Je vais arrêter ici pour aujourd'hui.  Il y aurait beaucoup à dire sur le sujet.  Je crois que les informations que je vous ai donné vous permettent de débuter la réflexion.  Je suis ouverte aux questions et commentaires.  Le moyen le plus simple pour me contacter est sur mon compte facebook.  Je vais revenir avec d'autres informations dans mes prochaines publications.

jeudi 2 avril 2015

A lire: The Hardest Part About Growing Up As a Transracial Adoptee

The Hardest Part About Growing Up As a Transracial Adoptee

I was adopted from China as a baby by white parents in America. I have six great siblings and have loved all the fun that comes from growing up in a big family. I am still firmly in the pro-adoption camp at age 15, but there are definitely things I think parents should understand about growing older as a transracial adoptee.
Like all kids, I love the idea of becoming a young adult. I'll soon be able to drive, go out on dates and one day go to college. But there's one part about growing older that is difficult for me. I have found that as I age, it's harder for the public to acknowledge me as being a part of my family. It's much easier as a transracial adoptee when you are a little kid, because when people see you with your white parents, their brains click to, "Oh, that must be their adopted daughter." But as I grew into my teens and started to become a young woman, that definitely changed.
Now when I'm out and about with my mom, people don't automatically make the mother-daughter connection like they used to. For example, if we go out to a restaurant like Qdoba where you order in line, I'm always asked how I want to pay, as if I am there by myself. The staff never puts the Asian teen together with the white woman behind me. Or if I am out with my mom and one of my friends who is white, then she's always assumed to be the daughter, and I'm just the girl tagging along for the day. I find myself loudly saying the word "Mom" when we are out in public, to avoid being labeled as either the foreign exchange student, the at-risk teen being mentored or just a random Asian girl standing next to a white woman. But this is nothing compared to the changes in how people view me now when I am with my older brothers and dad.
Last year, I went to a special event dinner evening with my father. I had worn a nice dress, heels and make-up, which is pretty rare for me. I was so excited to be out with my dad at a formal event, but all of my happiness and excitement was crushed when two of his colleagues assumed I was his Asian date. I seriously wanted to dig myself a hole and not come out the rest of the night. The same kind of assumptions are now made when I'm with my older Caucasian brothers. Sadly, most people assume I'm the girlfriend and never the sister. It's in those moments that I wish I could shout, "I AM RELATED TO THEM!" -- especially when I see the male looks they sometimes give my brothers which seem to say, "Way to score with the Asian girlfriend." Coming to terms with THAT stereotype is the subject for another day, of course, but when I see our photos together, I only see big brother/little sister.
It's true what they say about life being simpler and easier when you are young. It's wonderful to be a girl when your world is filled with fairy princesses and knights in shining armor. It's a lot harder to get older and no longer be seen as a member of my own family unless I have a neon sign above my head telling the public we're related. Since I can't have that sign with me 24/7, I am learning to ignore those who look at me and make quick, decisive judgments which are often incorrect. So to all the parents raising little kids of a different race, just know this is a real possibility of what they will face in the future. You might want to loudly drop those "Hi son!" and "I love you daughter" comments a lot more frequently when you're out in public. Or I'm thinking of starting my own T-shirt company which just might help a bit too!


lundi 30 mars 2015

Article sur l'adoption internationale en déclin

L’adoption d’enfants dans le monde décline

L’adoption d’enfants dans le monde a diminué ces dix dernières années, il y a eu en 2013 trois fois moins d’adoptions internationales qu’en 2003. Cette baisse est due notamment au fait que la plupart des enfants adoptés internationaux sont désormais « à besoins spécifiques« , c’est-à-dire qu’ils soient relativement âgés, en fratrie, ou touchés par une pathologie. Serait-ce le début du déclin de l’adoption d’enfants ?

L’adoption d’enfants dans le monde baisse, du moins à l’internationale

De nos jours, sur 200 Etats reconnus par l’Organisation des Nations unies, 170 pays autorisent l’adoption, qu’elle soit internationale et nationale. Plusieurs conditions doivent être remplies et sont parfois variables : 100 Etats permettent aux célibataires d’adopter, tandis que 15 ne le permettent qu’aux couples mariés et 81 Etats ne permettent l’adoption qu’au-delà d’un âge minimal.
Dans 30 Etats, l’adoption internationale est interdite – parmi eux, se trouvent une vingtaine de pays de droit islamique, soit la plupart des pays à majorité musulmane du monde (excepté pour l’Indonésie, la Turquie et la Tunisie). L’interprétation majoritaire des versets 4 et 5 de la sourate XXXIII du Coran interdit de modifier la filiation des enfants pris en charge par des majeurs autre que leurs parents d’origine.
Le nombre d’adoptions internationales de mineurs dans le monde est passé d’environ 2.500 par an pendant les années 1950 et 1960 à plus de 40.000 par an au milieu des années 2000.
La Convention de La Haye sur la protection des enfants et la coopération en matière d’adoption internationale , ouverte à la signature en 1993, a aujourd’hui été signée par environ 90 pays, dont la France en 1998. Cette Convention stipule qu’il est préférable dans l’intérêt supérieur de l’enfant, que les enfants soient adoptés par des proches de leur famille ou par des nationaux, l’adoption internationale devrait être appliquée en dernier recours. Ce qui contribue donc à restreindre le nombre d’adoptions internationales.

L’adoption internationale d’enfants se faisait différemment en 2003

En 2003, 70 % des adoptés internationaux sont originaires de l’un des dix pays qui émettent le plus grand nombre d’adoptés internationaux. Parmi ces pays on retrouve, la Chine, la Russie, Le Guatemala, l’Ukraine et la Corée du Sud. A l’inverse, parmi les pays qui reçoivent le plus grand nombre d’adoptés internationaux, on retrouve, les Etats-Unis, la France, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne.
Les Etats-Unis, la France et l’Espagne sont à eux trois les pays qui adoptent le plus : plus de deux tiers des adoptés. Au contraire, le Portugal, le Royaume-Uni et le Japon adoptent très peu à l’international, ils adoptent à eux trois 2 % des adoptés internationaux.

Pourquoi ce déclin des adoptions internationales ?

Dans les pays qui adoptent le plus de mineurs à l’international, le nombre annuel a chuté de près des deux tiers depuis 2004, il est passé de 42.194 à 15.188 entre 2004 et 2013 dans les dix pays qui adoptent le plus, soit une chute de 64 %. Cette forte baisse du nombre d’adoptions dans le monde a plusieurs explications, mais toutes ces explications ont un point commun : ce n’est pas la « demande » des couples ou des individus qui a baissé, mais « l’offre » d’enfants adoptables.
Cela s’explique par des raisons structurelles, démographiques ou économiques. Tout d’abord, la baisse de la mortalité et la hausse du niveau de vie des pays traditionnellement d’origine des adoptés internationaux réduisent le nombre d’orphelins. Une autre raison avec la diffusion de la contraception et de l’interruption volontaire de grossesse et l’atténuation du stigmate associé aux naissances dites illégitimes, réduisent le nombre de naissances non désirées et donc d’enfants abandonnés.
Enfin, la hausse du niveau de vie permet aux pouvoirs publics de développer des politiques sociales et familiales d’aide aux mineurs orphelins ou abandonnés, ce qui conduit aussi un plus grand nombre de couples stériles à demander d’adopter des enfants. Une bonne nouvelle, qui a certes pour conséquence de pouvoir aux pays d’origine de refuser un grand nombre de candidats à l’adoption.
Un autre élément qui aggrave cette baisse d’enfants adoptables à l’internationale, est que plusieurs décisions politiques et juridiques ont été prises, par exemple, la Chine exige pour confier un de ses enfants à l’adoption internationale que l’enfant soit adopté par un couple hétérosexuel marié, ayant obtenu le baccalauréat, travaillant et que le couple ne souffre pas d’obésité pathologique…

Et du côté de la France ?

En France, le nombre d’adoptions internationales a augmenté des années 1970 jusqu’au milieu des années 2000, passant de 971 à 4.136 adoptions entre 1979 et 2005. Mais de 2005 à 2013, le nombre d’adoptions internationales a chuté de 4.136 à 1.343, retombant à son niveau de tout début des années 1980. Comme dans la plupart des autres pays d’accueil, la part des adoptés internationaux étant « enfants à besoins spécifiques » a fortement augmenté, atteignant 70 %. Ce déclin des adoptions ne sera pas sans conséquence dans les pays d’accueil comme la France, on peut s’attendre à une augmentation des demandes de procréation médicalement assisté ainsi que de gestation pour autrui.

Avec un peu de retard ... journée fériée en Chine (2015)

2015 - Journées fériées

Prochaines journées fériées en Chine
1ier mai    Journée internationale du travail
20-22 juin     Festival des bâteaux dragons
26-28 septembre     Festival de la mi-automne
1-5 octobre    Journée nationale de la Chine

Article publié dans la presse

Les conséquences de la politique de l'enfant unique en Chine

En 1979, la République populaire de Chine a mis en place la politique de l'enfant unique qui a laissé des marques indélébiles sur cette société. La mesure qui visait à limiter la croissance de la population est une expérience sur plusieurs années unique dans le monde. Serge Granger, professeur à l'école de politique appliquée à l'Université de Sherbrooke, spécialiste de l'Inde et de la Chine, analyse les conséquences de la politique démographique.

AUDIO FIL à écouter sur la presse.